La communication en Italie

Voilà trois citations fondamentales d'Edward T Hall, tirées de "Le Langage Silencieux", qui surlignent le rôle de la communication dans les échanges interculturels. Elles seront cruciales pour se mettre dans une bonne optique de compréhension de la communication en Italie.

« Le meilleur moyen d'approfondir la connaissance de soi est de prendre au sérieux la culture des autres, ce qui force l'homme à être attentif aux détails de sa vie qui le différencient d'autrui. »

« S'il est vrai que la culture lie les hommes de manière inconsciente, l'emprise qu'elle exerce n'est rien de plus que la routine des habitudes. L'homme n'a pas élaboré la culture pour s'étouffer lui-même mais comme un milieu dans lequel il se meut, vit, respire et développe son unicité particulière. S'il veut l'utiliser pleinement, il doit la connaître mieux. »

« Je crois que nos rapports avec les pays étrangers butent sur l’ignorance où nous sommes de la communication interculturelle. Cela fait que nous gaspillons à l’étranger les efforts ou la bonne volonté de notre nation. Il est également primordial de connaître le langage non verbal qui existe dans chaque pays, à l’échelon national et local. En sus de ce que nous exprimons verbalement, nos sensations réelles s’extériorisent constamment par un langage sans paroles, le langage du comportement. Quelquefois, ce langage est correctement interprété par des sujets de culture différente. Mais le plus souvent, ce n’est pas le cas. Il est essentiel que nous comprenions comment les autres peuples lisent notre comportement. »

 

Les différents types de communication

Il est crucial de savoir utiliser le bon type de communication selon notre interlocuteur, notamment si le succès d'une collaboration ou une négociation en dépend, ce qui est souvent le cas dans plusieurs aspects de notre vie professionnelle. Tout cela varie selon le pays, l'entreprise ou tout simplement selon le milieu où on se trouve. Prenons le milieu professionnel par exemple.

Avant de nous concentrer sur la communication en Italie, voyons les différents types de communication qu’on trouve de manière générale.

La communication directe

communication directe communication indirecte communication interculturelle interculturalité
Image tirée de l'article L'écosystème digital Chinois, disponible sur drcomgroup.com

 

La communication directe vise à dire les choses telles qu’elles le sont. Deux expressions françaises me viennent à l’esprit pour mieux comprendre la communication directe. « On va pas passer par quatre chemins » ou encore « il faut appeler un chat un chat ». Je pourrais également ajouter une troisième expression « tourner autour du pot ». La communication directe valorise l’honnêteté, et un bon choix de mots. L'interlocuteur tient à faire passer son message avec exactitude, quitte à faire passer cela pour de la confrontation. Il n’y a pas de temps à perdre avec les formes, les sous-entendus et les atténuations. Deux expressions anglophones peuvent également décrire la communication directe. « To be straightforward » ou « to go straight to the point ». Il y a bel et bien cette notion de franchise, et de simplicité.

Dans la communication directe, il n’y a pas de place pour l’ambiguïté, ou pour les salamalecs. La communication se veut la plus explicite possible. Le message doit être donné de manière claire en étant fidèle à la pensée de celui qui l’émet.

La communication indirecte

C’est tout l’inverse de la communication indirecte, qui est fondée sur l’implicite. Pour la communication indirecte la relation que l’on a avec l’interlocuteur et le contexte de la discussion prime avant tout. La priorité est avant tout d’éviter la confrontation et le conflit, et de favoriser un milieu harmonieux sans discorde. C’est pourquoi un personne qui fera usage de la communication indirecte aura tendance à atténuer ses propos. Il y a une manière de dire les choses, et certains propos peuvent avoir des sous-entendus ou des sens cachés. Voilà une phrase fondamentale de Benjamin Pelletier, tirée de "La communication indirecte - exemples, observations et réflexions", qui définit très bien la communication indirecte.

« Chaque parole peut s’enrichir de différentes dimensions qui sont autant de détours pour toucher au but: l’implicite, l’allusion, la suggestion, l’intention, le sous-entendu, le non-dit, etc., qui indiquent au récepteur que l’émetteur cherche à dire plus ou moins que ce qui est, à dire autre chose que ce qui est, voire le contraire de ce qui est. »

Au Japon, culture indirecte par excellence, "on définit "KY" le comportement d’une personne qui ne comprend pas les innombrables règles tacites qui règnent au pays du Soleil Levant. KY est l’abréviation de Kuki wo Yomu 空気を読む, qui signifie lire l’air (Beatrice Rivas-Siedel, "Savez-vous lire l'air au Japon ?").  

Communication high context et low context

Ces notions de communication directe et indirecte sont très étroitement liées aux notions de communication high context et low context.

communication interculturelle haut contexte bas contexte high context low context
communication interculturelle high context low context haut context low context countries pays

 

Les cultures high context

Edward T Hall a mis au point une théorie qui permettrait de distinguer les pays selon leur type de contexte (haut ou bas).
Un pays à haut contexte aura mis en place un protocole ou des règles entièrement implicites connus de tous. Il y a des formes, formalités et politesses à respecter surtout selon son statut social et celui de son interlocuteur. Exemple : votre supérieur vous demande de faire quelque chose en tant qu’employé et que vous devez lui dire non. Il faudra faire très attention la manière dont vous vous adressez à lui. Il faudra être très poli, avoir une intonation assez douce et user de beaucoup de formules de courtoisie.

Les cultures low context

C’est tout l’inverse des pays à bas contexte, qui reposent sur la communication directe. Le contexte, le statut social et la hiérarchie ne priment pas sur l’échange. Le message et la pensée de l’orateur et de l’interlocuteur. Comme expliqué plus haut ces pays seront ainsi connus pour leur franchise. Les habitants des pays bas contexte expriment le fond de leur pensée de la manière la plus honnête possible.

 

La communication en Italie

Allons maintenant explorer la communication en Italie., sachant qu'on peut retrouver plusieurs nuances en fonction de la région (le nord, le centre, le sud...) et du contexte (personnel, professionnel, école...).

La communication en Italie dans le milieu professionnel

En général, un style de communication explicite est privilégié, l’efficacité est la priorité. En effet, les messages doivent être clairs et explicites pour éviter les malentendus et les pertes de temps. Certains relieraient cette notion avec celle de l’individualisme italien dans le sens que l'on se sent moyennement dans le droit d'exprimer clairement ce que l'on pense sans forcément prendre trop de précautions. Dans la réalité, si cela est vrai dans le fond, dans la forme un ton indirect, plus édulcoré, et une certaine attention à son interlocuteur sont à prendre en compte pour éviter de le vexer et, par conséquent, impacter négativement la relation. 

Ces deux caractéristiques vont de pair avec une culture qui est en moyenne assez high context, bien que cela dépende beaucoup du type de contexte (personnel ou professionnel). Par exemple, la relation entre chef et collaborateur ou entre un jeune et une personne plus âgée présente une certaine asymétrie dans le ton utilisé (surtout) et, parfois, également dans le type de contenu communiqué (même si ce second aspect est moins fort). En fonction de ma position dans l'entreprise, de ma famille ou de mon âge, je ne m'adresserai pas à mon interlocuteur de la même manière. Un patron, un collègue plus ancien, une personne plus âgée ou un représentant des institutions bénéficieront toujours d'un traitement préférentiel. Cela touche aussi les relations entre client et prestataire, où le client sera destinataire d'une considération particulière.

Un point d'attention : l’humour joue un rôle très important et complexe dans la communication en Italie, surtout dans le milieu professionnel. On peut faire des blagues lorsqu'il y a une bonne ambiance, bien détendue. Cependant, cela peut être mal vu si l’intention est de se moquer. Si l’humour tend vers la moquerie ou l’humiliation, cela peut être interprété comme un manque de respect très grave aggravé par le manque de courage de l'avoir exprimé de façon directe. De plus, il ne faut pas oublier qu'on ne rit pas tous des mêmes choses : par exemple, les blagues sur la famille, la religion et sur la politique sont très délicates, sauf si on connaît très bien ses interlocuteurs.

La communication en Italie et la publicité

On remarquera également qu’en ce qui concerne le marketing et les messages publicitaires les Italiens jouent plutôt sur le wow effect, l’esthétique et vont droit au but. A ce sujet, je vous recommande fortement l’article "La publicité italienne et le modèle américain", de Simona De Iulio et Carlo Vinti. L’article retrace l’histoire de la publicité en Italie, et de l’américanisation de ce milieu.

Les Etats-Unis sont principalement axés sur la communication directe. Nous l’avons vu plus haut avec les expressions, to be straightforward et to go straight to the point. Cette manière de penser s’est étendu au-delà de l’Atlantique pour atteindre les pays européens, dont l'Italie. Cela peut s'expliquer par le rôle joué en Italie par les Etats-Unis dans la Seconde Guerre Mondiale et pas l'exposition de la population italienne à la culture américaine à partir des années '40.

« Depuis le début du 20ème siècle, les professionnels italiens se sont tournés vers les États-Unis, où ils ont constamment cherché des savoir-faire pour rendre leur activité plus performante. Le crédit dont jouissait la publicité en Amérique, la puissance des moyens dont elle disposait, la portée des budgets que les annonceurs y consacraient, l’état avancé de la recherche dans ce secteur ont engendré au sein du milieu professionnel italien une profonde admiration pour l’expérience provenant d’outre-Atlantique. La littérature spécialisée parue en Italie au cours de la première moitié du siècle a constitué un premier moyen de diffusion des doctrines publicitaires américaines. Les revues mensuelles L’Impresa moderna (1912-1927) et L’Ufficio moderno (1926-1970) ont fortement encouragé l’introduction du modèle américain, le présentant comme un ensemble de procédés rationnels et précis visant à l’efficacité des messages »

 

La communication en Italie et l’expression des émotions

L’expression des sentiments et des pensées est une qualité en Italie, car on l'associe à la franchise.
Dans un comportement « professionnel » la manifestation de certaines émotions est socialement acceptable. Si elle est pertinente, elle peut être vue comme un signe de courage, de confiance en soi et de charisme. Le manager manifeste assez facilement son ressenti et a le droit de se mettre en colère s’il se révèle pertinent.

Cet aspect va de pair, sans surprise, avec le rôle joué dans la relation avec notre interlocuteur, comme déjà décrit plus haut (high context / low context).

Le site web Culture Atlas décrit la culture italienne d’une certaine manière. Le site a pour cible des personnes qui aimeraient visiter ou travailler en Italie. D'ailleurs, voilà une phrase intéressante à ce sujet :

You may observe Italian business partners bickering furiously with each other, and revert to being friendly and jovial again as the conversation moves to the next point.

"Il se peut que vous voyiez des associés en train de se disputer pour ensuite redevenir tout joyeux lorsqu’ils changent de sujet. »

Et vous, c'est quoi votre expérience avec le style de communication italien ?

 

Marion RAJAOBA

Etudiante à l'ISIT, grande école de management & communication interculturels.

Après deux ans de prépa littéraire, j'ai intégré l'ISIT pour me spécialiser en communication digitale et interculturelle.

Aujourd'hui, je suis en 1ère année de master en communication et traduction. Etant membre consultant à la Junior-entreprise de mon école, je travaille avec AI°FI dans la révision et la rédaction d'articles.